L’étiquette énergie des lave-linge – Pourquoi ce n’est pas essentiel

L’étiquette Energie des machines à laver reflète sa consommation d’électricité et d’eau et oriente souvent le choix des consommateurs.

En réalité, quelques soit notre sensibilité, on peut presque fermer les yeux sur cette étiquette pour se concentrer sur d’autres critères de choix : capacité, garantie, durabilité, bruit. En effet, la différence de note « énergie » est peu significative pour le portefeuille et l’impact environnemental de la machine.

Un critère peu décisif quelque soit votre sensibilité

La note de consommation énergétique des lave-linge a bien un effet relatif sur les dépenses du foyer et l’environnement. Cependant, cet effet est dérisoire dans le choix que vous faites. En effet :

  1. Quasiment toutes les machines neuves commercialisées ont une note supérieure ou égale à A.
  2. L’énergie consommée par une machine à laver dépend bien plus encore d’autres facteurs : sa capacité (nombre de kilos de linges dans un lavage) et l’usage que vous en faites (programme, quantité de linge, heures de marche, etc.)
  3. Il vaut mieux une bonne durée de vie qu’une bonne étiquette énergie. En effet, si la machine a une durée de vie moindre, les économies d’énergie seront anéanties pas  la dépense et la surconsommation d’énergie liée au remplacement de la machine.
    De ce point de vue, la durée de la garantie et la fiabilité des marques sont deux critères de choix bien plus sérieux.
  4. La note n’est pas tout à fait fiable du fait des conditions des tests réalisés (cf. plus bas)
  5. Les économies de dépenses liées à l’électricité et à l’eau sont dérisoires (quelques euros par an) et ne compensent que rarement le surcoût de la machine « plus verte »
  6. Les économies d’énergie se font parfois au détriment de la qualité du rinçage.

Un étiquette pas tout à fait fiable

L’étiquette Energie est obligatoire et les notes attribuées ont en principe la signification suivante :

  • Classe A : classe de référence
  • Classe A+ : plus de 10% d’économie d’énergie par rapport à la classe A.
  • Classe A++ : plus de 20% d’économie d’énergie par rapport à la classe A.
  • Classe A+++ : plus de 30% d’économie d’énergie par rapport à la classe A.

Ces données sont calculées par des laboratoires différents. Elles ne sont pas tout à fait fiables. En effet, selon une étude comparative réalisée par l’université de Bönn en 2009, pour une même machine, la mesure ne peut varier que d’une classe d’un laboratoire à l’autre. Si vous achetez une A++, il est donc possible qu’il s’agisse en réalité d’une A+.

Les études réalisées par les agences gouvernementales ne sont pas nécessairement plus fiable : elle peuvent allègrement manipuler les conditions de mesure de la consommation d’eau et d’énergie pour obtenir les résultats qui les intéressent : autopromotion ou défense de la marque nationale.

Une différence négligeable pour le portefeuille

Si vous utilisez fréquemment la machine, la classe énergétique a en théorie une incidence sur votre portefeuille. Cette incidence est cependant assez faible en plus d’être incertaine. En effet, selon le calcul de Conso-responsable, sur 10 ans, l’économie d’utilisation est de quelques dizaines d’euros seulement et compense très rarement la différence de prix d’achat.

Efficacité énergétique optimisée au détriment du rinçage

La consommation d’eau et d’énergie est parfois aussi optimisée au détriment de l’efficacité de lavage mais surtout du rinçage.
La plupart des foyers ne s’en rendront pas compte et n’en pâtiront pas. Ceux qui sont y sont plus sensibles (allergies) auront intérêt à vérifier la présence d’une option de rinçage supplémentaire ainsi qu’une option de dosage automatique de lessive.

Il est très difficile  de connaître les différentes de qualité de nettoyage entre les machines à laver, les seules sources fiables étant à notre connaissance les tests réalisés par les associations de consommateurs et certains laboratoires de recherche.

Une autre étiquette : l’efficacité d’essorage

Attention à ne pas se tromper d’étiquette.  La consommation d’énergie est à distinguer de l’efficacité d’essorage, qui est une autre métrique obligatoirement mentionnée et classée de A (essorage rapide et performant) à G (essorage lent et moins efficace).

Sur le même thème :

Laisser un commentaire